Pages web multilingues : les bonnes questions et comment éviter les erreurs courantes

Créer un site multilingue


Saviez-vous que dans le Sud-Est asiatique, le bleu clair est la couleur du deuil - et que pour cette raison, là-bas, mieux vaut l'éviter ? Que la sympathique pub qui montre des vaches peut se solder par un échec total, en Inde, en termes de marketing ? Les locuteurs natifs savent ce genre de choses. Alors, prenez garde à ces détails si vous voulez que votre site web soit impactant. Vous souhaitez développer votre activité ?

Commencez par répondre à ces questions : Quelqu’un est-il en mesure de dialoguer de façon professionnelle avec le nouveau client international ? Puis-je assumer d’ultérieures démarches administratives ? Ai-je même le droit d’exporter mes produits –  et existe-t-il des modes d’emploi dans la nouvelle langue cible ? Avant de créer votre site multilingue, vous devez consacrer suffisamment de temps aux questions préliminaires.

 

Permettez-nous de vous livrer quelques astuces cruciales pour choisir votre traducteur.

 

3 Question à se poser avant d’initier le projet de traduction du site web

1. Quelles sont les premières langues auxquelles se consacrer ?

La langue qui génère le plus grand nombre d’accès –  selon le nombre de visites reportées comme habituelles par le web tracking. Si vous traduisez d’abord une seule partie du site - par exemple la page d’accueil et le menu Démarrer– vous pouvez déjà récolter quelques données. Vous pouvez aussi activer Adwords dans l’autre langue, qui renverra les messages à des pages d’atterrissage dans la langue cible - et vous faire, en même temps, une idée du nouveau taux de visiteurs que vous pouvez escompter.

2. Qu’est-ce qui doit figurer dans la traduction ?

Lorsque vous traduisez votre page web, il ne faut pas oublier qu'il existe d’autres matériels de promotion directement accessibles sur le web : fichiers PDF, graphiques, vidéos explicatives ou publicités bannières, Adwords ou entrées dans des portails. N’oubliez pas, bien entendu, les documents administratifs en rapport avec ce nouveau commerce, à savoir les bons de commande, factures, CGV etc.

3. Une traduction suffit-elle, ou avez-vous besoin d’une localisation ?

Il existe de grosses différences entre la traduction et la localisation. Si vous vous limitez à transposer les contenus de votre site vers la langue cible en restituant juste le sens des mots, vous fournissez certes une information correcte. La localisation, elle, est bien plus adaptée au marketing, car elle adapte le style et la musicalité de votre texte au contexte culturel et les optimise en fonction des particularités du pays. Cela vaut également pour les autres composantes de votre site - notamment les symboles graphiques, le choix de l’image ou la mise en page principale.

 

3 Erreurs-type à éviter lors de la traduction ou de la localisation.

La construction d’un outil de communication comme un site web exige un travail de pro. Voici les pièges à éviter :

 

Erreur nº 1 : la langue c’est la langue, les différences culturelles ne sont pas importantes pour le dialogue avec le client…

À la maison, c’est encore mieux - et en plus dans sa langue maternelle. Lorsque vous parlez à une personne dans sa propre langue, elle est plus en confiance. Tout simplement parce qu’elle se sent à l’aise. Du coup, les visiteurs restent plus longtemps sur le site. Demandez donc des traductions ciblées pour un pays. Selon que l'on choisit l’anglais britannique ou américain, on parlera de “chips” ou de “French fries”, de “mobile phone” ou de “cell phone”, et l'on écrira “colour” ou “color”. Français de France ou du Québec - la personne de langue maternelle se rend compte tout de suite si la traduction a été faite pour son pays - ou pas, justement.

 

Erreur nº 2 : il y a des phrases courantes qu’on peut tout simplement traduire telles quelles. Le Marketing de dialogue ? Personne n’a besoin de ça…

"Conseils gratuits", "Ajouter au panier" ou "s'abonner à notre Newsletter" –  Lorsque des outils habituellement utilisés sont simplement traduits sans avoir recours aux formules courantes du dialogue de marketing, cela se répercute directement sur les taux de clics - et vous coûte de l’argent. Votre traducteur doit donc veiller, dans tous les cas, à utiliser les formules habituelles lorsqu’il tombe sur des expressions comme  "Bouton d’Appel à l’action".

 

Erreur nº 3 : les drapeaux suffisent amplement pour sélectionner une langue…

La Suisse compte 4 langues officielles, l’Inde 23, et les Irlandais ne cliquent pas si volontiers sur le drapeau britannique. On parle l’allemand en Allemagne, en Belgique, au Brésil, dans le Tyrol du Sud, au Luxembourg, en Suisse, au Lichtenstein et en Autriche. Et l'anglais dans plus de 70 pays ! En principe, il vaut donc mieux indiquer la langue en toutes lettres en donnant la possibilité de cliquer dessus.

 

A propos de l'auteur

Frédéric Ibanez

L'équipe éditoriale dirigée par le fondateur du groupe auquel Alphatrad France appartient est composée d’experts spécialisés dans les services linguistiques. Notre objectif est de vous proposer régulièrement des articles liés à la traduction et les services linguistiques afin de mieux vous accompagner dans vos besoins.

Commentaires

Lucas (27/01/2021)

Merci pour ce article, peut-on faire la traduction après la création d'un site?

Ajouter un nouveau commentaire