Traduire le RGPD en anglais : un exercice délicat pour une entreprise

RGPD en anglais


Pour toutes les entreprises qui travaillent à l’international, la traduction des termes du RGPD en anglais est un projet délicat. Les mentions légales écrites sur un site web ou un courrier électronique concernant la protection des données personnelles ont en effet une portée juridique. Chaque élément concernant la collecte des données doit être écrit et traduit avec exactitude.

 

Faut-il traduire le RGPD en anglais ?

Adopté en 2016 et mis en application depuis 2018, le règlement général sur la protection des données, plus connu sous son acronyme RGPD (GDRP pour General Data Protection Regulation en anglais), est une nouvelle législation qui vise à protéger les données personnelles des concitoyens européens. Il concerne aussi bien les entreprises que les organismes publics et implique la publication de mentions légales sur un site web ainsi qu’une demande d’autorisation pour le recueil des données auprès d’un utilisateur.

Dans le cas des sites web traduits en anglais, les responsables se posent souvent la question de la nécessité d’une traduction des diverses mentions légales du RGPD en anglais. En premier lieu, il faut savoir que les obligations liées au RGPD s’appliquent à toutes les entreprises qui traitent des données dès lors que les citoyens européens sont concernés. S’il n’y a pas d’obligation explicite pour demander la traduction des termes du RGPD, la responsabilité de l’entreprise dans le traitement de ces informations implique une compréhension de leurs droits par les utilisateurs. En France, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) est le principal régulateur de protection des données des citoyens.

 

Quels types de données sont à traduire en anglais dans le cadre du RGPD ?

L’anglais est une langue internationale qui a l’avantage d’être comprise par un grand nombre de personnes en Europe. Pour un site web et pour toute autre plateforme qui manipule des données personnelles, cette langue constitue donc un vecteur de communication adaptée dans un contexte international.

Il n’y a pas d’obligation légale de traduire les termes du RGPD en anglais. Mais pour respecter le devoir d’information et de transparence qui incombe aux entreprises concernant la collecte et l’utilisation des données privées, il est nécessaire de traduire sur un site web plusieurs types d’informations, ceci afin d’éviter les erreurs de compréhension qui peuvent aboutir à des plaintes.

Si votre site web utilise des cookies pour participer aux publicités prédictives, il faut que chaque internaute soit clairement averti et donne son autorisation explicite. Si la page est traduite en anglais et non présentée dans la langue source, il est vivement conseillé de traduire cette demande d’autorisation.

Les mentions légales et les conditions générales de vente ou d’utilisation nécessitent également une traduction. Cette partie informe notamment de l’identité du délégué à la protection des données (Data Protection Officer ou DPO en anglais) qui est en charge de la gestion de la politique de protection pour l’entreprise, les conditions d’enregistrement des fichiers et la politique de traitement des données privées.

Si vous travaillez avec des prestataires ou des partenaires à l’international, les différentes directives internes concernant la manipulation des données personnelles doivent être traduites. Le commanditaire comme le sous-traitant sont en effet responsable des éventuelles défaillances ou manquements dans le processus de traitement.

Pour les éléments techniques comme le registre des traitements prévus par le RGPD, il n’est pas requis de procéder à la traduction, car ils ne concernent pas directement les utilisateurs finaux, mais servent uniquement à contrôler et attester la conformité des procédures.

 

Traduction du RGPD en anglais : des spécificités terminologiques à respecter

La traduction des textes afférant à la protection des données personnelles ne peut pas se faire par de simples procédés automatiques. Il faut recourir à une traduction spécialisée pour retranscrire aussi fidèlement que possible chaque phrase en prenant compte des particularités de la langue de Shakespeare.

Des organismes publics spécialisés comme la CNIL ont déjà publié les terminologies spécifiques, mais leur mise en contexte nécessite une parfaite maîtrise de l’environnement technique et légal. Les demandes d’autorisation doivent notamment être claires pour que les internautes puissent les accepter ou les décliner en toute connaissance de cause. C’est le cas de l’utilisation des cookies, de l’inscription aux lettres d’information ou la souscription à un formulaire. Quelle que soit la langue, la loi européenne exige que le consentement se fasse de manière volontaire, explicite et sans contrainte détournée (comme les termes susceptibles de brouiller l’esprit de l’internaute ou les cases pré-cochées).

Le plus grand risque dans la traduction du RGPD en anglais est la perte de sens dans le transfert des mots. Ce phénomène, appelé « Lost in translation » dans le monde spécifique de la traduction, se manifeste par une différence de compréhension entre le texte source et la langue cible. Comme il s’agit d’un contenu à portée juridique, chaque phrase est opposable à l’entreprise. En clair, un utilisateur peut porter plainte contre l’entité qui traite les données privées si ce dernier s’estime lésé à cause d’un problème de compréhension.

 

La nécessité d’une traduction humaine dans la traduction du RGPD

Les outils de traduction automatique sont pratiques au quotidien, mais ne sont pas du tout adaptés pour traduire le RGPD en anglais. En effet, les opérations effectuées par les machines ne prennent pas compte des particularités techniques et légales. L’intervention d’un spécialiste du domaine est alors nécessaire pour garantir un résultat conforme aux attentes de la législation en vigueur.

En plus de la qualité de traduction, l’autre avantage de l’intervention humaine est le rôle de conseil du traducteur spécialisé pour orienter l’entreprise vers les spécificités culturelles requises par la langue cible. Il faut également savoir que la créativité affiliée à la traduction manuelle permet d’obtenir un texte plus agréable à lire, respectant l’exigence de clarté dans la compréhension des termes.

La traduction professionnelle effectuée par les humains est un investissement à long terme. On se prémunit en effet des risques de non-sens tout en valorisant son image de marque en proposant un contenu de qualité.

 

A propos de l'auteur

Frédéric Ibanez

L'équipe éditoriale dirigée par le fondateur du groupe auquel Alphatrad France appartient est composée d’experts spécialisés dans les services linguistiques. Notre objectif est de vous proposer régulièrement des articles liés à la traduction et les services linguistiques afin de mieux vous accompagner dans vos besoins.

Ajouter un nouveau commentaire